Artistes parisiens invités des fêtes de Barcelone

Après un été de fêtes qui se succèdent dans les quartiers de Barcelone, c’est au tour de la municipalité elle-même d’organiser les festivités du 22 au 25 septembre.

Les « festes majors » commémorent un fait historique ou un personnage important de chaque quartier. Elles commencent toutes par un pregó, c’est-à-dire un discours qui lance les animations. Il faut dire que le niveau est élevé. Chaque quartier redouble d’énergie pour décorer et animer rues et places. L’organisation de ces fêtes est on-ne-peut-plus participative.

Mais pour les fêtes de Barcelone, ou de la Mercè, patronne de la ville, les moyens financiers n’ont rien à voir avec celles des fêtes de quartier. La Mercè fête la culture à l’extérieur.  Elle se célèbre autour du 24 septembre. Pendant plusieurs jours, musique, cirque et théâtre descendent dans les rues. La ville devient le décor du spectacle vivant. Les chaudes températures estivales ne sont plus qu’un lointain souvenir et il fait bon se promener le nez au vent pour se laisser porter par les spectacles à chaque coin de rue. De nombreux musées ouvrent gratuitement leurs portes pour l’occasion. C’est donc le moment idéal de venir découvrir Barcelone sous ses apparats de fête.

Près du château de Montjuïc, les arts du cirque sont à l’honneur. Mieux vaut y aller en fin de journée, ou prévoir casquette et ombrelle, ainsi que des litres d’eau. L’ombre y est rare. On y accède depuis la Place d’Espanya grâce à un système de navettes, depuis le port de Barcelone par le funiculaire, ou en se promenant le long du jardin botanique (attention, ça monte).

Plus ombragé et central, le parc de la Cuitadella se transforme en un grand espace d’arts de rue. Des concerts ont lieu face au Macba, le musée d’art contemporain de Barcelone, près de l’ancienne usine de Damm ou sur la place Catalunya. Les plus grandes scènes restent celles du forum, après Poble Nou, presque au niveau des cheminées de Besos.

Chaque année, une ville est l’invitée du festival. Des artistes de cette ville viennent montrer leur spectacle. L’année dernière, Buenos Aires était à l’honneur. Cette année, pas de transatlantique puisque c’est Paris qui apporte ses lumières pour fêter Barcelone.

Du cru local, il faut noter la présence de Kiko veneno, compositeur de Volando voy, interprété par le grand dieu du flamenco Camarón de la Isla. Comme chaque année, les locaux de l’étape, la Pegatina, partageront leur bonne humeur sur scène. Enfin, le Sénégalais Baaba Maal honorera Barcelone de sa présence.

, , , , ,

Comments are closed.