Pourquoi j’aime la Nouvelle-Zélande…

Je suis née en France et y ai vécu la majeure partie de ma vie, jusqu’à ce jour de novembre où j’ai posé le pied sur le sol de la Nouvelle-Zélande… ce fut le coup de foudre ! Chaque pays a son charme, son lot de superbes paysages, sa culture unique, ses habitants et villes diverses, mais je dois dire que la Nouvelle-Zélande a ce petit quelque chose en plus qui me fait dire « I love NZ » et voici pourquoi en résumé…

Les grands espaces

En Nouvelle-Zélande, il n’y a que 4,5 millions d’habitants, répartis sur 268 680 km2 sur deux îles principales (l’Île du Nord et l’Île du Sud) et de nombreuses autres plus petites, ce qui représente une densité de 16,5 habitants/km2… c’est-à-dire 6 fois moins qu’en France. Sachant que 2/3 de la population vit à Auckland, je vous laisse imaginer ce que cela signifie pour le reste du pays… Par exemple, il n’y a qu’une cinquantaine d’habitants vivant dans la région de Fiordland du sud-ouest de l’Île du Sud !

Milford Sound, Fiordland, Île du Sud de la Nouvelle-Zélande

Milford Sound, Fiordland, Île du Sud de la Nouvelle-Zélande

Des paysages à couper le souffle

Chaque île est unique et possède ses propres attraits et points de différence. Des glaciers aux attractions géothermiques, des superbes lacs bleu turquoise aux luxuriantes forêts tropicales, des rivages sauvages rocheux aux plages de sable blanc, il y a quelque chose pour tout le monde en Nouvelle-Zélande. Ce pays est un vrai régal pour les yeux et un émerveillement à chaque instant.

Otarawairere Bay, Nouvelle-Zélande

Otarawairere Bay, Nouvelle-Zélande

Faune et flore : diverses, uniques, endémiques

Saviez-vous que la Nouvelle-Zélande a 6 000 espèces connues de coléoptères et presque autant de champignons mais qu’il n’y a pas de serpent ? L’extrême et l’inhabituel abondent en Nouvelle-Zélande et une forte proportion de sa faune et flore est unique au monde. Par exemple, le kauri est un arbre géant que l’on ne trouve nulle part ailleurs et qui était sur Terre avant nous, et parmi les nombreuses espèces d’oiseaux qui ne volent pas, on trouve l’unique, endémique et emblématique kiwi.

Arbre géant kauri de la forêt de Waipoua, dans la région de Northland, sur l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande

Arbre géant kauri de la forêt de Waipoua, dans la région de Northland, sur l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande

Les Kiwis

En parlant des kiwis, c’est aussi le petit nom donné aux néo-zélandais qui, avec leur approche amicale, accueillante et pragmatique m’ont tout de suite conquise. Le néozélandais engagera toujours la conversation avec vous et de façon la plus naturelle et la plus gentille possible. Bref, on se sent vite chez soi en NZ, à sa place, d’où que vous soyez.

Endémique à la Nouvelle-Zélande, le kiwi est un oiseau surtout forestier, timide et nocturne

Endémique à la Nouvelle-Zélande, le kiwi est un oiseau surtout forestier, timide et nocturne

La culture maorie

Avec une histoire réunissant les cultures maorie, européenne, asiatique et des îles du Pacifique, la Nouvelle-Zélande a une population en melting-pot mais avec des caractères communs ; ce qui la rend unique au monde. Les premiers habitants d’Aotearoa, ce qui signifie « Terre du long nuage blanc », sont les Māori et à ce jour, la culture maorie fait toujours partie intégrante de la vie des Kiwis et constitue une expérience dynamique et unique pour les touristes. L’un des meilleurs endroits pour profiter d’un aperçu sur cette culture est probablement Rotorua, où ont lieu des cérémonies de vœux, des hakas, des danses et chants traditionnels, et où vous pourrez profiter d’un festin maori traditionnel, le hangi.

Danse traditionnelle au Tamaki Maori Village à Rotorua

Danse traditionnelle au Tamaki Maori Village à Rotorua

Voilà, j’aime mon pays d’adoption et pourrais vous donner des dizaines d’autres raisons de l’aimer vous aussi, mais si avec ce résumé je vous ai au moins donné envie de visiter la Nouvelle-Zélande ou vous ai rappelé de bons moments passés là-bas, alors j’aurais réussi ma journée !

– Véronique Tetlow –

, , , , , , , , ,

Comments are closed.