Quatre différences entre Halloween et le « Dia de los Muertos »

Viator Photo ID: 35206 / Orig name: Mexico_ Mexico City_Day of the Dead_shutterstock_115480078.jpg / Source Type: Shutterstock / Source ID: 115480078 / Tags: North America, Mexico, Mexico City, Day of the Dead, Dead, Dia de los Muertos, Muertos, Skeleton, Mariachi / Uploaded by: import / Edited by: klinn /

La culture monde puise dans les traditions de tous les pays avant de les adapter. Mais lorsque deux fêtes se célèbrent le même jour dans deux pays limitrophes, chaque culture emprunte et se transforme avec l’influence de l’autre.

Au Mexique, la mort a un goût sucré et colore les rues.Les enfants mexicains frappent aux portes de leurs voisins en demandant des crânes en sucre au lieu de les menacer. Dans le sud-ouest des Etats-Unis, caractérisé par une forte présence hispanique, les maquillages souriants noirs sur fond blanc entourés d’une couronne de fleurs se multiplient au milieu des costumes de vampires, sorcières et fantômes. Plus généralement, l’engouement pour la culture mexicaine se développe dans le monde entier. Voici quatre différences majeures entre Halloween et le « Dia de los Muertos », jour des morts.

Deux jours de fête

Les deux fêtes coïncident sur le calendrier, dans la tradition de la Toussaint catholique. Au Mexique, elle se célèbre du 31 octobre au 2 novembre. Le premier jour est consacré aux enfants “los angelitos”, le second aux adultes. Des autels sont dressés dans les maisons en honneur de ces derniers. Les portraits de Frida Kahlo y trouvent une place particulière. Les familles partent déjeuner sur les tombes de leurs morts.

Des festins pour le retour des défunts et des crânes sucrés

La nourriture occupe une place centrale dans cette fête. Les familles cuisinent les plats préférés des défunts. Les sucreries typiques de la fête sont les calaveras, de petits crânes en sucre colorés. Le pan de muerto, sorte de pain brioché, est également vendu dans les boulangeries.

Une fête colorée

Oubliez la citrouille creusée bien que les teintes de la cucurbitacée se confondent parfaitement avec celles des feuilles d’automnes. Optez pour des tons d’été bigarrés. Au Mexique, colliers de fleurs et guirlandes de papiers découpés en forme de squelettes colorés ornent les autels dressés dans les maisons. Des pétales de fleurs et des bougies sont disséminés sur les chemins conduisant aux cimetières. Autrement dit, la couleur prime sur la noirceur. La mort, personnifiée par le squelette vêtue d’une tunique colorée de la Santa Muerte, semble plus sympathique que sanglante.

Une dimension historique et politique

Un autre squelette féminin est entré dans le folklore populaire depuis le début du XXème. La Catrina représente l’indépendance des Mexicains face aux Européens. Dans ce sens, le jour des morts, inscrit depuis 2008 au Patrimoine immatériel de l’Unesco, symbolise la fusion entre rites préhispaniques et catholicisme introduit par les Espagnols au XVIème siècle. Catrina apparait notamment dans la fresque de Rivera, “Sueño de una tarde dominical en la Alameda Central”, à voir au musée des fresques de Diego Rivera, à Mexico D.F.

, ,

Comments are closed.